Télécharger Bordeaux7

L'édition PDF est mise en ligne tous les matins à partir de 7 heures. Cliquez sur l'image pour télécharger l'édition du jour.

Newsletter

Retrouvez-nous sur :

Facebook
Twitter
Flux RSS

Aux Grands-Hommes, les grands esprits se rencontrent PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 27 Février 2017 06:00

ruesAh le quartier des Grands Hommes ! Déambuler autour de son marché, flâner devant ses boutiques de luxe ou boire un café alangui à l’une de ses terrasses. Il suffit d’en arpenter les rues pour comprendre d’où il tient son nom : rue Montaigne, rue Montesquieu, rue Voltaire ou encore rue Diderot. Aucun doute possible, c’est bien le quartier des grands hommes !

L’idée de donner aux voies le nom des grands esprits ayant inspiré la Révolution française date sans grande surprise de la fin du XVIIIe siècle. La réorganisation du quartier est alors confiée à un architecte du nom de Chalifour qui a l’idée de cette place centrale d’où rayonneraient 6 rues portant les noms de Voltaire, Diderot, Rousseau, Montesquieu, Montaigne et Buffon.

Penseurs du XVIIIe siècle

Le début des travaux date de 1792. Interrompus pendant la terreur ils ne reprennent qu’en 1797. C’est aussi à cette époque que les colonnes du Théâtre français sortent de terre. Si le bâtiment abrite aujourd’hui un cinéma, on peut toujours en admirer l’architecture, à l’angle des rues Montesquieu et Condillac.

Moins connu que ses voisins, le nom de Condillac est choisi à la même époque, pour remplacer celui de Talleyrand sur le fronton de celle qui fut longtemps la « rue de la Corderie », en raison du commerce qui s’y trouvait. Ce philosophe du XVIIIe siècle n’est nul autre que le frère de Mably qui eut lui-même Jean-Jacques Rousseau pour secrétaire ! A noter que les trois rues qui portent leurs noms se rejoignent presque en haut du triangle.

Anciens couvents

Ce quartier, qui porte aujourd’hui le nom des plus grands philosophes des Lumières était jusqu’à la fin du XVIIIe siècle occupé par des couvents. L’histoire peut faire sourire quand on sait combien ces penseurs étaient sévères à l’égard de la religion.

Les seuls vestiges de cette époque sont la Cour Mably et l’Église Notre-Dame. Située à l’angle des rues Mautrec et Martignac et autrefois appelée Sainte-Dominique, cette église a donné le nom à la place qu’elle occupe. C’est en raison d’une représentation sur sa façade montrant la Vierge remettant le chapelet à Dominique, que la place a pris le nom de « Chapelet ».?Mise à part quelques exceptions – rues Mautrec, Franklin ou Martignac –, toutes les rues du quartier honore un penseur du XVIIIe siècle. C’est bien dans le Triangle d’Or que convergent toutes les Lumières !•

Clothilde Bru

Photo : Les six rues portant des noms de philosophes convergent vers la place centrale © CLOTHILDE BRU / BORDEAUX7

 

La Une du jour

Newsletter

Copyright © 2017 CNEWS Matin Bordeaux7. Tous droits réservés.