Télécharger Bordeaux7

L'édition PDF est mise en ligne tous les matins à partir de 7 heures. Cliquez sur l'image pour télécharger l'édition du jour.

Newsletter

Retrouvez-nous sur :

Facebook
Twitter
Flux RSS

Auditorium : immersion sonore PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 01 Mars 2017 06:00

Ne vous fiez pas à sa façade du 8, cours Georges-Clémenceau, l’Auditorium de Bordeaux est bien plus vaste qu’il n’y paraît !

 

Contrairement à d’autres salles de concert, « l’architecture du bâtiment a dû s’adapter à la physiologie du lieu », explique Laurent Croizier, chargé de la communication à l’Opéra national de Bordeaux. L’architecte Michel Pétuaud-Létang a dû composer avec un terrain enclavé entre deux immeubles du centre historique, à l’endroit où se tenait jadis un cinéma. Si la façade de l’immeuble ne fait que 8 mètres de large, l’espace contenu derrière est beaucoup plus vaste : 4 000 m2 réparti sur 5 niveaux.

Le bâtiment accueille deux salles, le joyau de la couronne étant la salle Henri-Dutilleux, situé au cœur de l’édifice et autour de laquelle s’articule tout l’espace. Totalement circulaire cette salle de concert accueille 1 440 fauteuils agencés à 360 degrés autour de la scène. Cette disposition exceptionnelle permet d’assister au spectacle dos aux musiciens mais surtout face au chef d’orchestre !

Une acoustique d’exception
La salle est impressionnante à bien des égards. Ce qui marque d’abord c’est la qualité de son acoustique grâce à des prises de décisions assumées de Michel Pétuaud-Létang et de l’acousticien Eckhard Kahle. Par exemple le choix d’un sol en parquet, au lieu d’une moquette souvent privilégiée parce qu’elle permet notamment d’amortir le choc d’un instrument.

Contraint par la largeur de l’espace, le choix a également été fait de décoller les balcons des murs, afin de permettre au son de circuler. Le résultat est époustouflant. « On est dans la musique », résume Michel Pétuaud-Latang. En effet, prendre place sur un des strapontins de la salle de concert, un soir de représentation c’est être enveloppé par la musique.

La plus grande fosse d’Europe
Avec ce projet, Michel Pétuaud-Létang voulait ramener l’auditorium au cœur de la ville. En vrai mélomane il souhaitait aussi que la salle puisse accueillir les opéras que le Grand Théâtre ne peut pas recevoir, limité par la taille de sa fosse. Aussi, sous la scène, se cache la plus grande fosse d’Europe, capable d’accueillir pas moins de 110 musiciens ! Pour la faire apparaître, il faut également retirer les deux premiers rangs escamotables. Grâce à cette fosse, l’auditorium a pu accueillir des opéras qu’il était jusqu’alors impossible de jouer à Bordeaux, comme « Salomé » de Strauss ou « Tristan und Isolde » de Wagner.

Tous les jours, ils sont une centaine à arpenter les couloirs de l’auditorium : musiciens en répétition, administrateurs, service de sécurité… Au détour d’un passage on peut ainsi croiser le directeur de la musique Paul Daniel en grande discussion avec un jeune compositeur, ou entendre s’échapper de l’une des dizaines de loges les notes de musique d’un violoniste qui s’exerce.

Pour Laurent Croizier, « la qualité de l’orchestre s’est améliorée depuis l’ouverture de la salle. ». C’est son acoustique incroyable qui permet aux musiciens de progresser et surtout de faire émerger le son bien spécifique de l’Orchestre national de Bordeaux-Aquitaine. •

Clothilde Bru

 

Photo : La façade de l’Auditorium de Bordeaux cours Gorges-Clémenceau. La salle circulaire Henri Dutilleux © ARCHIVES guillaume bonnaud ET thierry david / Sud Ouest

 

La Une du jour

Newsletter

Copyright © 2017 CNEWS Matin Bordeaux7. Tous droits réservés.